25/06/2011 23:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : matin, dimanche, cercle

De l’enthousiasme à la prise électrique, de la bureaucratie à simplifier

BALET_1.jpgDécider de sortir du nucléaire en Suisse, voilà une proposition qui a suscité beaucoup d’enthousiasme. Mais l’enthousiasme produit peu d’électricité, nous pourrions le constater à nos dépens, surtout si nous maintenons le bureaucratisme paralysant qui nous gangrène.
 
La consommation va continuer d’augmenter, c’est à peu près certain. Nous serons plus nombreux, utiliserons plus de trains, de trams, de bus électriques. Nous n’allons pas diminuer le nombre d’appareils électriques dans  les usines, les bureaux et à la maison.  L’amélioration vivement souhaitée de l’efficacité énergétique risque de ne pas suffire à compenser l’augmentation de la consommation.  Mais, à terme, nous devrons compenser la disparition de 40% de la production électrique, soit les services rendus sans accident,  24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 11 mois par an par nos centrales nucléaires depuis les années 70. Pour cela chacun s’accorde à dire qu’il faut agir et vite. Mais…..améliorer l’isolation des bâtiments ! C’est essentiel et efficace, mais pas dans ce bâtiment protégé, pas comme cela, pas avec ces matériaux, pas en empiétant sur le domaine public ou alors moyennant paiement d’une taxe, mais surtout pas sans l’aval de  commissions d’experts en énergie, en urbanisme, en matériaux, etc. L’énergie solaire offre un potentiel énorme ! Mais pas dans ce quartier, pas sous mes yeux, pas sans autorisation délivrée après examen approfondi du dossier. La petite hydraulique peut encore se développer! Mais pas le long de ce cours d’eau, ni au bas de cette chute, pas avant d’avoir passé la course d’obstacle des oppositions et recours des protecteurs de l’environnement. Et ne disons rien des éoliennes qui doivent consommer des forêts entières pour fabriquer les papiers des autorisations, des oppositions,  des recours, des pétitions. Quant au réseau de lignes à très haute tension,  même si le Conseil fédéral a rappelé la nécessité et l’urgence de le renforcer pour sortir du nucléaire,  il soulève des oppositions obstinées, principalement de ceux-là même qui s’opposent avec le plus de virulence au nucléaire. Dans cette pelote de nœuds, cherchez l’erreur.
  
Bref, de l’enthousiasme à la prise électrique, il y a un pas très (trop) difficile à franchir. Plusieurs causes expliquent ces blocages. La multiplication des instances de décision en est un. Mais il serait vain d’attendre qu’elles se déclarent d’elles mêmes inutiles voire nuisibles à l’évolution des dossiers.  Des décisions difficiles s’imposent au risque de déplaire. On sent déjà moins d’enthousiasme.

On ne rencontre pas beaucoup d’enthousiasme non plus pour réduire les obstacles bureaucratiques. Un des éléments de notre prospérité, soit le goût des choses bien faites, le perfectionnisme, a lentement mais surement dérivé vers une bureaucratie absurde et paralysante. Il est temps d’agir. La nécessité d’assurer notre approvisionnement électrique durablement devrait servir d’électrochoc pour retrouver du bon sens.  Dans les mois à venir on verra qui agit, qui met en œuvre par exemple les solutions efficaces proposées par le PLR : installer des panneaux solaires sur les toits sans avoir besoin d’autorisation, sauf pour les monuments classés ; imposer un délais de 6 mois au maximum dès le dépôt de la demande pour obtenir les autorisations de construire une petite hydraulique; densifier l’usage du sol;  simplifier la procédure de construction du réseau des lignes à très haute tension et mettre en œuvre rapidement le plan sectoriel de ces lignes.

Le temps est compté pour mesurer concrètement la force de l’enthousiasme. 

Chantal Balet

 

Commentaires

Que de vérités qui ne seront pas faciles a eviter!!!!

Écrit par : Roger | 27/06/2011

Les commentaires sont fermés.