03/09/2011 23:55 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blog, cercle, matin, dimanche

Jouer le jeu ou perdre la partie

studer.jpgPresque chaque week-end, quand ce n’est pas en semaine, des centaines de policiers sont mobilisés dans notre pays. Ils sont dotés de moyens toujours plus lourds auxquels ils doivent recourir de plus en plus souvent. Ainsi, autrefois exceptionnel, l’usage de balles en caoutchouc est désormais régulier. Jusqu’à maintenant, le pire a pu être évité, parfois d’un fil, mais chacun sait qu’un drame peut arriver, va arriver. Tout cela coûte des millions à la collectivité. Toujours plus fréquents, toujours plus violents, avec des conséquences toujours plus graves, les débordements lors de matches de football ou de hockey sont devenus rapidement un problème majeur de sécurité publique.

Les instances suisses de ces sports affirment depuis plusieurs années vouloir combattre le hooliganisme. Si quelques initiatives ont été amorcées, aucune véritable mesure n’a été prise. Il serait pourtant simple de subordonner l’octroi de la licence à un encadrement efficace des fans pendant le déplacement, à l’arrivée et au départ du stade et durant le match. En cas d’insuffisances, la palette des sanctions pourrait être large allant de l’amende significative à la perte de points en passant par le huis clos imposé à certaines rencontres. Rien de cela n’émane de la Swiss Football League ou de son association sœur pour le hockey. La première s’est même retirée d’un projet de contrôle plus serré des supporters à travers un billet combinant le transport et l’entrée, un contrôle pratiqué avec succès dans plusieurs pays. Cette passivité tranche avec la détermination de fédérations étrangères dont l’engagement a largement contribué à contenir, voire réduire les agissements des ultras sur leur territoire.

Il faut donc recourir à la loi. Les cantons vont s’y employer. Comme cela a été évoqué ces derniers jours, la piste privilégiée est de soumettre les matches à autorisation. Elle pourra être générale, par exemple pour la demi-saison ou la saison, ou particulière pour tel match contre telle équipe. Bien sûr elle sera soumise à des conditions. Si elles ne sont pas satisfaites, l’autorisation pourra en dernière extrémité être retirée et le club interdit donc de jouer.
Parmi ces conditions, une attention particulière devra être portée sur la participation financière du club aux coûts engendrés par les moyens nécessaires et à la couverture des éventuels dommages. Il n’est pas acceptable que les contribuables payent l’intégralité de la facture alors que les clubs jonglent avec des millions avec, parfois, une gestion qui échappe à tout entendement.

Ces contraintes légales pourront réserver des modalités différentes convenues entre les autorités et les clubs. Favoriser leur prise de conscience sur leur responsabilité doit rester un objectif. Il est en effet évident que des actions conduites en partenariat avec l’autorité porteront plus leurs fruits que si elles sont imposées par celle-ci.
Les clubs le savent mieux que quiconque: si on ne joue pas le jeu, on risque de perdre.

Jean Studer, Conseiller d’Etat neuchâtelois

Les commentaires sont fermés.