24/09/2011 23:53 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cercle, matin, dimanche

Quelque part, dans le firmament, un scintillement

PRETRE_1.jpgAoût 2011, lundi soir, 23h59, le portable sonne: «On a un donneur.» Tout concorde (groupe sanguin, poids, taille) pour un de nos enfants en liste d’attente. Elle – c’est une fillette de six ans – est au plus mal. Sans force, elle ne sort plus de la maison depuis longtemps. Ses lèvres sont bleu foncé, sa voix haletante. Nous craignons à chaque instant qu’elle ne s’éteigne, simplement, comme ça, tant la flamme de sa vie est devenue menue et vacillante, tant son cœur, ou plutôt son demi-cœur (1), est à bout.

«OK, nous le prenons!» Alors commence le 1er round, sur trois fronts: faire venir l’enfant d’urgence, expédier une équipe pour le prélèvement, préparer l’opération sur place. Cette nuit-là, un front de plus: moi-même. Je suis en vacances en Valais et rechigne à prendre la route avec si peu de sommeil. Air Zermatt accepte de me rapatrier sur Zurich. Notre hélicoptère se faufile dans les vallées, avale les sommets et déboule en trombe juste derrière celui de notre patiente pour se poser sur l’hôpital. Ce périple a des allures de western… avec des diligences à rotor. Et quel raffut! A deux, ils doivent avoir réveillé la moitié de la ville. On s’engouffre au bloc opératoire car le compte à rebours a déjà commencé: deux collègues sont partis en Lear jet pour le prélèvement, qui a lieu dans un autre pays. Là-bas convergent encore trois autres équipes pour le prélèvement d’autres organes. Le retour prendra trois heures. Trois heures pendant lesquelles le cœur sera en asphyxie complète. La partie sera très serrée.

Sur place, l’opération est laborieuse. Le cœur est énorme, de la taille d’un pamplemousse (2). Et puis, suite aux opérations précédentes, les vaisseaux sur lesquels la greffe sera réalisée doivent tous être reconstruits. «Vous êtes déjà là!?» Le cœur natif n’est toujours pas libéré de ses attaches. On accélère encore le tempo pour enfin réussir à l’extraire. Le nouveau cœur est alors sorti de son bain glacé. Flasque et vide, il apparaît bien petit en comparaison, à peine un citron. Face à ce trou béant, on a un peu l’impression de mettre un moteur de tondeuse à gazon dans une voiture. Nous connectons rapidement l’aorte, pour laisser du sang riche en oxygène enfin irriguer le myocarde. Le moment est critique. Soulagement, les premiers battements apparaissent après une vingtaine de secondes déjà: il n’a donc pas trop souffert de l’asphyxie. En partie rassurés, nous effectuons les autres sutures – il y en a cinq en tout. Et c’est finalement la mise en charge de ce nouveau cœur, l’autre grand moment de vérité. Ses contractions sont vigoureuses et efficaces: la pression artérielle réagit immédiatement, la circulation sanguine est excellente. Il est 12h30.
C’est la joie parmi nous. D’abord en raison de la prouesse technique réalisée, mais aussi et surtout en raison du résultat. Nous savons que notre patiente pourra enfin vivre, que son nouveau cœur fonctionnera longtemps, qu’il grandira avec elle, qu’il traduira ses émotions comme nos cœurs traduisent les nôtres. Pour elle et sa famille, ce sera un véritable miracle.

Pourtant, en amont de cette allégresse, c’est un drame, un drame terrible qui s’est joué. Un autre enfant, dans la promesse de l’aube, a perdu la vie tragiquement. Ses parents, avec courage, ont autorisé ce prélèvement et ces transplantations. Par cette générosité admirable, ils ont permis à d’autres enfants – quatre ce jour-là – de profiter enfin de la vie. Nous sommes contents d’avoir réussi cette transplantation, pour eux aussi. Qu’ils sachent que, quelque part dans le firmament de la vie, comme une étoile scintillant au loin, le cœur de leur enfant continue à battre, continue à vivre, à sourire.

1. Il manquait à ce cœur un des deux ventricules.
2. La dilatation d’un cœur signe souvent la gravité de sa maladie.

René Prêtre, Chirurgien du cœur

Commentaires

c'est bien ce que je pensais en tout cas, votre sujet est très interessant

Écrit par : code reduction abix | 27/09/2011

c'est bien ce que je pensais Merci pour l'info, je pense que cela va servir

Écrit par : bon reduction redcoon | 27/09/2011

Les commentaires sont fermés.