25/02/2012 23:03 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : matin, dimanche, cercle

Un vote sans risque

SAVARY.jpgNous sommes nombreux à aimer flâner aux étals des marchés. Qu’y cherchons-nous? Nous attendons que des parfums, des couleurs nous happent. Nous espérons que quelqu’un fera naître des envies. Nous nous réjouissons qu’un maraîcher raconte une histoire, celle des produits qu’il présente. Et puis nous, le même nous, faisons aussi nos achats sur un site de commerce en ligne. Nous savons que commander, nous connaissons nos besoins, la liste d’achats est déjà sous nos yeux. Personne n’oserait dire qu’une de ces pratiques doit se substituer à l’autre. Ni que le commerce en ligne est à même de remplacer le maraîcher. Qui aimerait des villes sans marché?

Il en va de même des librairies, des libraires. Les libraires, ce sont nos «maraîchers» de la culture. On entre dans une librairie pour se laisser surprendre… On se promène, on touche les livres, on s’imagine à qui les offrir. On s’assied pour les feuilleter, se laissant séduire par le travail d’édition, l’originalité d’une couverture, les conseils du libraire. Rien de tel avec Amazon (et ce n’est pas un jugement de valeur). Amazon vous permet de trouver le livre que vous cherchez. Ou le truc rare qui n’existe plus qu’en deux exemplaires dans le monde. Ou le bouquin super-spécialisé.

Le marché du livre a donc besoin d’offrir ces deux invitations à lire: pour ceux que le voyage fait et pour ceux qui font leur voyage. En proposant qu’il y ait des prix négociés entre les acteurs du livre, la loi permet de maintenir le fragile réseau des librairies en Suisse et ne menace en rien le développement du commerce en ligne. Le seul but de la loi: réguler ce secteur économique pour que soit proposé un juste prix, garant de sa survie et de sa diversité. De cette diversité nécessaire, les opposants au projet font un facteur de division. A les écouter, il y aurait d’un côté de pauvres vieux qui confondent les librairies avec l’hospice et une nouvelle génération convaincue que la vraie vie se joue sur internet. Il y aurait un passé miteux (des villes avec des libraires et des maraîchers) et un avenir radieux (le vaste monde du commerce en ligne et des enseignes globales). Il y aurait la vendeuse qui ne lit que de médiocres best-sellers, bradés à bas prix dans les grandes surfaces, et le professeur d’université qui se berce d’absconse et onéreuse poésie.

Cette division des modes de consommation, des générations et des classes sociales témoigne du plus grand mépris à l’encontre de tous ceux qui aiment, achètent, publient, écrivent, vendent des livres. La réalité ne se laisse heureusement pas résumer de manière aussi sommaire. La seule question qu’elle impose, c’est au contraire de savoir comment supprimer les obstacles qui se dressent entre le livre et son lecteur. Le prix en est un, tout comme la disparition des librairies dans nos villes et nos communes. Ça tombe bien, la loi tente simplement de résoudre ces deux problèmes. Ni plus, ni moins.

Alors franchement, que risque-t-on en acceptant cette loi? Que risque-t-on en affirmant: oui, je veux pouvoir acheter mon livre dans une librairie tout autant que sur internet; oui, je suis prêt à ce que le prix des livres soit juste, négocié entre tous les acteurs. Cette loi n’interdit aucun développement, elle ne menace personne, elle veut seulement freiner l’uniformisation du commerce du livre, préserver une offre plurielle dans nos villes. Qui cela peut-il bien gêner? L’accepter, c’est marquer sans risque notre attachement à la diversité et à la culture. La refuser serait se résigner.

GÉRALDINE SAVARY, Conseillère aux Etats (PSS/VD)

Commentaires

Les livres sont des amis éternels, quelle belle idée de défendre les livres en liberté, française, mais travaillant avec les suisses et suissesses, j'aime vos manières de discuter, de vous exprimer, si je ne vivais pas en France, je vivrais en Suisse........... gardez vos valeurs morales, soyez vous mêmes, ne perdez pas votre identité..............

Écrit par : declic.coaching | 26/02/2012

Les commentaires sont fermés.