20/10/2012 23:50 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cercle, matin, dimanche

Passage à l’ère numérique: le défi de la SSR

LORETAN_1.jpgLundi passé, la SSR a publié en toute transparence l’intégralité de sa nouvelle stratégie d’entreprise sur Internet. Dans les débats sur le service public, il nous importe en effet que tout un chacun connaisse nos priorités. Outre les objectifs de gestion, la SSR y définit pour la première fois les grandes lignes de développement de son offre radio, télévision et online dans les années à venir.

Un des défis majeurs consiste à réussir notre «digital shift», c’est-à-dire le passage à l’ère numérique. En réalité, nous y sommes déjà bien présents. Mais il ne faut en aucun cas relâcher nos efforts, car la technologie ainsi que les attentes des téléspectateurs et auditeurs évoluent extrêmement vite dans un paysage médiatique en rapide et profonde mutation.
Sans délaisser son traditionnel rôle de diffuseur radio-tv, il est impératif que le service public produise et distribue des contenus multimédias pour s’affirmer dans un monde plus si nouveau que cela: de plus en plus de nos utilisateurs font fi de la grille des programmes et des heures d’écoute; grâce à l’Internet, ils composent leur menu audiovisuel comme bon leur semble, au gré de leur disponibilité et de leurs envies.

Forte de ce constat, la SSR se doit d’aller au-devant des nouvelles habitudes de celles et ceux qui paient la redevance. A fortiori, elle a le devoir d’anticiper les attentes de celles et ceux qui la paieront demain: les jeunes. Il est évident que l’Internet et les réseaux sociaux constituent les meilleurs vecteurs de communication pour créer un dialogue avec eux.
C’est dès aujourd’hui que nous devons les intéresser et les fidéliser par le biais de contenus et de formats audiovisuels les interpellant là où ils se trouvent: la Toile! Au risque de me répéter, cela ne se fera pas au détriment de notre public «classique», puisque nous maintiendrons toujours une offre grand public sur les programmes radio-tv traditionnels.

Cela étant dit, le nouveau contexte audiovisuel nous impose d’évaluer notre offre de chaînes et de programmes en permanence. Toute maison de presse se doit de le faire et nous n’échappons pas à la règle. C’est le cas notamment pour ce qui concerne la radio anglophone WRS. Tout en restant dans le strict cadre de sa mission de service public, il est nécessaire d’adapter cette offre en fonction de l’évolution de la société, du marché, des nouvelles technologies ainsi que des préférences du public.
C’est dans cette logique que la stratégie de la SSR intègre autant les vecteurs traditionnels, que les nouveaux médias interactifs, mobiles et participatifs de cette nouvelle société numérique. Cette réflexion inclut la création de contenus spécifiques destinés à ces modes de diffusion novateurs. De plus, l’intensification de notre activité sur les réseaux sociaux nous permettra de renforcer le sentiment de communauté autour des émissions. Dans une moindre mesure, le rédactionnel fait également partie de ce dispositif car l’Internet intègre visuels, sons et textes.

Mais le point fort et l’ambition de la SSR sont, et resteront, l’audiovisuel. Comme le souligne notre stratégie, une offre audiovisuelle forte est à la fois notre raison d’être, notre but et notre compétence majeure. Nous avons d’ailleurs la ferme intention de rester leader du marché tant au niveau radiophonique que télévisuel. Dans le domaine multimédia, nous aspirons évidemment à augmenter notre audience, celle-ci tendant à s’éroder sur les vecteurs traditionnels.
Nous serons guidés dans cet exercice de transition, que nous gérons avec détermination, par les impératifs qui découlent de notre mission de service public moderne. L’Internet est audiovisuel, il est donc un chemin d’avenir tout tracé pour la SSR.

Raymond Loretan, Président de la SSR

Les commentaires sont fermés.