10/05/2015 10:20 | Lien permanent | Commentaires (0)

Procréation médicalement assistée: évoluons!

lstapioca-tomlm.jpgLe 14 juin, le peuple et les cantons se prononceront sur la modification de l’art. 119 al. 2, let. c de la Constitution fédérale (Cst.) relatif à la procréation médicalement assistée (PMA).
 
Le droit actuel dans le domaine de la PMA interdit le diagnostic préimplantatoire (DPI) et la conservation des embryons conçus par le biais d’une fécondation in vitro (FIV). Par ailleurs, seuls trois embryons par cycle de traitement («règle des trois») peuvent être développés hors du corps de la mère, embryons qui doivent être immédiatement implantés dans l’utérus de celle-ci.
 
Ces interdictions ont pour conséquence que la Suisse compte un taux élevé de grossesses multiples après FIV, ce qui présente des risques pour les mères et pour les enfants (prématurité, risques de handicap et de décès). Par exemple, notre pays enregistre 18% de grossesses multiples après FIV, contre moins de 5% en Suède, qui privilégie l’implantation d’un seul embryon.
 
Le DPI, qui nécessite une FIV, consiste en l’analyse du patrimoine génétique d’un embryon conçu hors du corps de la mère, effectuée avant l’implantation dans l’utérus de celle-ci.
 
Il permet aux couples atteints d’une prédisposition génétique défavorable d’éviter de transmettre à leurs descendants une maladie héréditaire grave. 25 à 50% des embryons sont en effet porteurs de la maladie dans de nombreuses maladies génétiques. On estime entre 50 et 100 le nombre de couples concernés par année.
 
Actuellement, les couples qui se trouvent dans cette situation doivent décider une «grossesse à l’essai», attendre plusieurs mois qu’un diagnostic prénatal puisse être effectué, et envisager ou non une interruption de grossesse en fonction des résultats des tests. C’est pourquoi de nombreux couples, du moins ceux qui en ont les moyens financiers, se rendent à l’étranger pour recourir au DPI, alors que toutes les compétences nécessaires sont réunies en Suisse.
 
La majorité de la Commission nationale d’éthique (CNE) est favorable aux modifications légales proposées et estime notamment que le DPI peut «être considéré comme une mesure de solidarité avec les parents concernés» (Prise de position No 22/2013, p. 32).
 
Chez les couples stériles, qui ont déjà subi plusieurs fausses couches ou effectué sans résultat plusieurs cycles de FIV, le DPI permet aussi de détecter des aberrations chromosomiques, qui entraînent souvent une fausse couche. Dans ce cas, il s’agit d’augmenter le taux de succès de la FIV et donc les chances d’avoir un enfant. Les couples atteints d’une prédisposition héréditaire devraient aussi en bénéficier. On estime ainsi que 500 à 1000 couples par an pourraient recourir au dépistage des aberrations chromosomiques.
 
Il vaut la peine de rappeler ici que 24% de la population mondiale connaît des problèmes de fertilité et que 15% de la population en âge de procréer aura recours à une PMA (CNE, Prise de position No 22/2013, p. 39).
 
Enfin, les nouvelles dispositions légales permettront de développer douze embryons au plus par cycle de traitement. Selon l’expérience des centres de PMA situés à l’étranger, cela permettra d’effectuer un DPI avec de meilleures chances de trouver un embryon sain et de le transférer dans l’utérus de la mère, ce qui permet également de réduire le risque de grossesses multiples.
 
Dans tous les cas, le DPI sera et restera facultatif, la décision de l’effectuer ou non appartenant à chaque couple.
 
En Suisse, le diagnostic prénatal, qui aboutit souvent à une interruption de grossesse en cas de résultats défavorables, est largement pratiqué. Il est temps d’autoriser le DPI, dans des limites très précises, afin d’éviter du stress et des souffrances inutiles aux couples concernés.
 
Anne Seydoux-Christe, conseillère aux Etats

Les commentaires sont fermés.