01/11/2015 09:48 | Lien permanent | Commentaires (0)

Nostradamus, reviens!

PMF.jpgIl est assez épatant de constater que les experts, les prévisionnistes, les prophètes, les stratèges n’ont presque toujours rien vu venir ou nous ont raconté des sornettes. Toute l’histoire est faite de formidables surprises.
 
La dernière en date est évidemment l’intervention russe en Syrie: qui l’a annoncée? Personne. Alors qu’en plus d’un an les Américains, les Britanniques et les Français n’ont pas fait reculer les fous d’Allah, une toute petite partie de l’armée russe semble mener une attaque déterminante. Un Blitzkrieg inattendu.
 
Il en a souvent été de même, dans toute l’histoire. Les exemples abondent. Je n’en prendrai qu’un échantillon.
 
L’incroyable attaque de Pearl Harbour le 7 décembre 1941 a demandé une préparation colossale. Les Américains ne l’ont pas perçue. Résultat, entre autres, 188 avions détruits au sol et une entrée en guerre.
 
La chute du mur de Berlin a été, le 9 novembre 1989, un événement majeur. Mais tout semblait normal en République démocratique allemande quelques jours auparavant. Les désastres provoqués par le fameux tsunami, le 26 décembre 2004, sont encore dans toutes les mémoires. Rien ne l’annonçait et personne n’avait pris de précautions, dans aucun des quinze pays touchés.
 
La catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011, c’est un nouveau tsunami qui l’a provoquée. Evidemment, construire des centrales atomiques en bord de mer, c’était les rendre vulnérables. Les Japonais n’ont pas pris les mesures qui s’imposaient.
 
En Suisse aussi, les événements politiques peuvent être imprévus. La votation antiminarets du 29 novembre 2009 en témoigne. Tous les partis, sauf un, toute la presse et l’intelligentsia hostile. Et elle obtient 57,5% de voix favorables!
 
Vous avez tous vu des magazines, des dessins, des affiches de science-fiction du siècle passé, qui tentaient de nous montrer ce que serait le monde d’aujourd’hui. Tout en autoroutes aériennes et voitures volantes. Les possibilités techniques de réalisation sont là. Mais, en fait, il s’agit bien d’utopies. Léonard de Vinci anticipait mieux que nos récents futurologues.
 
Et qui aurait imaginé que le pétrole et le gaz seraient aujourd’hui deux fois moins chers qu’hier, alors que nous parlons d’un produit en quantité limitée? On prévoyait exactement l’inverse, un coût permettant à toutes les autres énergies de remplacer rapidement l’or noir. Les cassandres économiques nous annoncent un prochain krach gigantesque. Théoriquement, ils ont raison: il est exclu qu’on puisse imprimer des dollars et des euros à l’infini, qu’on s’endette sans aucune limite et qu’il n’y ait jamais aucune sanction. Il faudra bien mettre les comptes plus ou moins à zéro, retomber sur terre. Mais voilà. Les maîtres du monde font durer le plaisir… Ils «postponent». Ils préfèrent que la jeune génération paie pour eux… La débâcle finira par arriver, mais elle est très habilement, sans cesse, reportée.
Le monde est déconcertant. Les événements ressemblent un peu à une partie de flipper! La bille part dans tous les sens. Les signes avant-coureurs ne comptent pas.
 
Et les prévisions ne servent pas à grand-chose. On est toujours plus intelligent après!
 
Pierre-Marcel Favre
Editeur

Les commentaires sont fermés.