03/01/2016 10:41 | Lien permanent | Commentaires (0)

Tous des kamikazes!

lstapioca-tomlm.jpgSuite aux tragiques attentats de Paris, on s’est étonné: comment des terroristes peuvent-ils avoir de telles pulsions, être prêts à mourir? On a tort de s’étonner. C’est une vieille histoire, et les exemples abondent en matière de kamikazes. D’abord, rappelons que l’utilisation de ce mot japonais est souvent abusive: on a découvert après la guerre qu’une partie importante des fameuses bombes humaines qui se jetaient dès 1941 aux commandes de leurs avions de chasse «Zéro» sur des bateaux américains n’étaient pas décidées librement mais contraintes par l’armée nippone. Ces pilotes avaient l’ordre de mourir. Des kamikazes involontaires, en quelque sorte!
 
Les islamistes d’aujourd’hui veulent engendrer l’effroi. Ils pratiquent aussi ce terrorisme imposé lorsqu’ils envoient de très jeunes filles se faire exploser dans la population au Nigeria, voire au nord du Cameroun, faisant déjà au total des milliers de morts. Se développe ainsi un terrorisme féminin – c’est une évolution récente – avec des Françaises, des Tchétchènes, des Africaines qui se sacrifient à la cause islamiste…
 
Dans le même genre d’horreur imposée, il y a même eu en Russie, en 1905, une unité combattante Belastok uniquement composée d’écoliers… La période instable prérévolutionnaire, dès 1905, en Russie et dans les pays baltes, fut d’ailleurs marquée par toutes sortes d’exactions… Les «agitateurs» tuèrent 10 000 à 20 000 innocents, fonctionnaires principalement.
 
Comment ne pas rappeler, dans ce cadre, que le mot «assassin» provient, au XIe siècle, de la secte chiite islamiste qui pratiquait le meurtre comme arme politique. De nombreux salopards se font ainsi sauter depuis plus d’une vingtaine d’années à Bagdad, ce qui ne nous émeut guère… Le terrorisme y a fait 10 000 morts, le chiffre le plus important de tous les pays du monde pour ces dernières années. Merci, monsieur George W. Bush. On peut rappeler de nombreuses histoires terribles où des gens voulaient mourir. Beslan, en Ossétie du Nord, 339 morts, en majorité des enfants, en 2004. De leur côté, les Tigres tamouls ont commis plus de 200 attentats suicides. Au Pérou, ce furent plus de 30 000 individus victimes du Sentier lumineux, par explosions et massacres. En Palestine, le désespoir amena les djihadistes à récompenser de 20 000 dollars les familles dont un membre sacrifiait sa vie dans un attentat.
 
Il est même possible d’ajouter à ce tableau des anarchistes aux tendances kamikazes, même si ce furent en Espagne leurs adversaires, les fascistes de la phalange de Primo de Rivera, qui utilisaient la fameuse phrase «Viva la muerte»! Car l’anarchisme, avant d’être idéologiquement structuré par Bakounine et Proudhon, fut pratiqué par d’innombrables assassins, par exemple l’auteur de l’attentat de Sarajevo contre l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche en 1914, prélude à la Première Guerre mondiale. Quant au fameux Ravachol, coupable de nombreux meurtres, s’il ne se sacrifia pas dans un premier temps, il savait pertinemment qu’il finirait guillotiné (en juillet 1892). Disons aussi qu’une des motivations des kamikazes est bêtement de se faire un nom, à l’instar de Luigi Lucheni, qui assassina à Genève, en 1898, l’impératrice d’Autriche Sissi.
 
Sans partager un instant la vision de ces jeunes gens partant combattre pour l’Etat islamique, on doit se rappeler qu’il y a eu de nombreux gars de 20 ans pour rejoindre des combattants de plusieurs bords totalement opposés et généralement extrémistes, cela dans toute l’histoire du monde. La plupart finiront fort mal.
 
Un constat s’impose ainsi, en prenant un peu de hauteur. Les terroristes de tout bord, même s’ils ne se font pas exploser, ont tous une tendance mortifère forte. Ils savent qu’ils vont, la plupart du temps, périr et s’en moquent. C’est ce qui les rend, depuis toujours, si difficiles à arrêter.
 
Pierre-Marcel Favre
Editeur
 
 

Les commentaires sont fermés.