14/02/2016 10:30 | Lien permanent | Commentaires (1)

Votation du 28 février: vous avez dit coup d’Etat silencieux?

lore.jpgFreudien, ce dernier acte de guerre du tribun de l’UDC à la classe politique suisse lors de son traditionnel discours de l’Albisgüetli. La Berne fédérale serait engagée sur la voie de la dictature. Voilà qui ne manque pas de piquant et d’ironie pour celui qui, après avoir fait main basse sur l’UDC il y a trente ans, y a instauré la sienne.
 
Un exemple parmi d’autres, les parlementaires fédéraux de l’UDC sont astreints au «Fraktionszwang», soit l’obligation de voter dans le sens de la majorité du groupe, sous peine de sanctions, voire même d’exclusion du parti. Certains candidats potentiels de l’UDC au Conseil fédéral, à l’esprit trop indépendant, en savent quelque chose. Et ne se privent d’ailleurs pas de le faire savoir dans les coulisses. La vérité suinte mais la menace plane et la peur règne. Voilà qui est bien loin de la culture politique de notre pays, bien loin de l’indépendance dont doivent pouvoir se prévaloir les élus du peuple. Et si proche de la dictature dénoncée.
 
Le coup d’Etat silencieux ourdi par les troupes nationalistes est en passe de réussir. Nous verrons le 28 février, lors du vote sur l’initiative «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels», si celles-ci arrachent une nouvelle victoire d’étape vers l’objectif d’une Suisse recluse, reniant ses valeurs et faisant le nid de l’intolérance, de la xénophobie et de l’autosatisfaction bornée.
 
Le ministre déchu du Conseil fédéral en 2007, sans bilan mais plein d’amertume, prend sa revanche. A bientôt 80 ans, il continue à s’activer pour pervertir notre culture politique, la poussant d’une tradition de compromis et de concordance dans un gouffre de confrontations malsaines. Sa relève est là, à ses pieds et à ses ordres, extraite du vivier d’une jeunesse en mal de causes et d’une intelligentsia réactionnaire excellant dans le dénigrement et la suffisance. Ces troupes de combat sont en marche. Les propagandistes de service maîtrisent toutes les ficelles de la communication et de la désinformation. L’appel aux émotions primaires en est la clé. Et le champ à conquérir est libre. A force de divisions et de combats de coqs, les forces démocrates-chrétiennes et libéral- radicales s’essoufflent. Le centre droit n’a jamais réussi à faire front commun face à la montée d’un mouvement aux relents xénophobes et isolationnistes. Il n’a pas réussi à s’ériger en pôle entre la droite populiste et la gauche socialiste. Souhaitons que les futurs présidents du PDC et du PLR aient cette vista, encore que les favoris qui se profilent semblent plutôt naïvement croire que c’est en mimant leur adversaire à droite qu’ils arriveront à le battre.
 
Le 9 février 2014, avec son initiative «Contre l’immigration de masse», l’UDC a trompé le peuple sur les véritables conséquences d’un oui. Nous les sentons aujourd’hui, avec un chômage en hausse, des fermetures d’entreprises et une économie plongée dans une dangereuse insécurité juridique et cédant de plus en plus aux sirènes de la délocalisation.
 
Avec son initiative «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels», et en attendant celle sur la primauté du droit national, l’UDC poursuit son travail de sabotage de notre démocratie. Elle s’attaque frontalement à l’Etat de droit et à l’indépendance de notre justice, cette indépendance que les peuples opprimés nous envient. Le 28 février, beaucoup seront tentés de voter oui, non pas parce qu’ils s’identifient au coup d’Etat silencieux en cours, mais pour exprimer un mécontentement ou une peur. Ils feront malheureusement le jeu des stratèges nationalistes, dont l’objectif est plus vaste: fermer la Suisse. Ce qui l’amènera à sa perte. Perte de son bien-être, de ses valeurs… et de son âme.
 
Raymond Loretan, membre du PDC
 

Commentaires

Bonjour,

J ai lu avec étonnement le texte de M. Loretan au sujet de la votation du 28 février et je m étonne que celui-ci traite M. Blocher de trompeur du peuple avec le texte de l initiative du 9 février 2014 alors que lui-même fait un amalgame de tromperies en mettant les causes de la hausse du chômage, les fermetures d entreprises et les délocalisations sur le compte de sur cette même initiative, passant sous silence l évolution mondiale de la conjoncture et les effets du franc fort qu on ne peut imputer à l UDC. Si cela n est pas fait dans le but de faire peur au peuple ça lui ressemble fortement. Il écrit par ailleurs que le fait de renvoyer les criminels étrangers est un manque de tolérance et de la xénophobie. On peut donc penser qu il soutient les criminels alors qu il devrait plutôt défendre les victimes ...

Avec l expression de ma parfaite considération.

Écrit par : Gabriel Marthe | 15/02/2016

Les commentaires sont fermés.