03/04/2016 10:15 | Lien permanent | Commentaires (0)

Un monde assassin

lstapioca-tomlm.jpgOn retient les morts directement par attentats plus ou moins politiques ou religieux. Quelques centaines de regrettables victimes par année. On sait que les guerres font encore et toujours un nombre de morts extrêmement élevé. Quelques dizaines de milliers par an suivant les périodes.
 
Toujours dans le monde entier, les seuls accidents de la route, par exemple, tous aussi inattendus et tragiques qu’un attentat, c’est 1,3 million de décès chaque année. Au passage, les tout récents accidents en car ont fait presque autant de morts que les attentats de Bruxelles.
 
Mais savons-nous que les meurtres en général sont chaque année au nombre de près de 500 000!!! Ce chiffre semble incroyable, mais, hélas, il est sérieux…
 
Quels sont les «scores» absolus des pays les plus criminels? On a de la peine à l’imaginer: les premiers à égalité l’Inde et le Brésil, plus de 40 000 homicides par an!!! Les suivants bien placés sont bien sûr le Mexique, 25 000, l’Ethiopie, autour de 20 000, l’Indonésie en est à 19 000. Suivent la Colombie, 15 000, le Pakistan et la Russie, 14 000. Le Venezuela, le Congo, la Chine et les Etats-Unis sont à peu près à égalité avec environ 13 000.
 
Si l’on se rapporte à la population, en proportion, les pays les plus criminels sont: le Honduras, le Salvador, la Côte d’Ivoire, la Jamaïque, le Venezuela, le Belize, les îles Vierges des Etats-Unis, le Guatemala, Saint-Kitts-et-Nevis et la Zambie.
 
Les attentats islamistes qui ont ensanglanté des dizaines de pays méritent évidemment une réaction musclée. Le combat sera très long et difficile. Les fous de Dieu ne doivent pas être sous-estimés. Les terroristes ne sont pas seuls. Ils ont d’incroyables soutiens communautaires. Comme le rappelle par exemple L’Obs du 24 mars, Salah Abdeslam, le dernier criminel du 13 novembre 2015 était presque comme un poisson dans l’eau à Molenbeek. Un témoin raconte en détail qu’il était une sorte de héros dans la tête d’une partie des 5000 sans-papiers du quartier.
 
Mais revenons à notre sujet, les crimes «en général» restent quantitativement épouvantables. Et cela touche presque tous les pays. L’Europe est moins atteinte, mais pas en reste. L’Italie et l’Espagne, c’est respectivement 500 et 400 meurtres par an!
 
Certains ont longtemps cru que nos ancêtres n’étaient pas aussi criminels. Il n’en est rien. On a retrouvé au Soudan un cimetière vieux de 13 500 ans où 40% des squelettes portaient des traces de violence. Dans deux autres cimetières à Schela et à Cladovei, en Roumanie, un tiers des défunts avaient été atteints par des flèches et autres projectiles lancés il y a 9000 ans. Le «bon sauvage» n’a décidément jamais existé.
 
La criminalité est universelle. Les Etats-Unis sont en «bonne place», mais la possession d’armes à feu n’est pas le seul problème, la preuve par l’augmentation des crimes à l’arme blanche (toutefois, il y a là-bas plus d’armes à feu que d’habitants!). Les systèmes ultrarépressifs ne sont pas très efficaces non plus: il y a 2 200 000 de détenus en prison aux USA, presque 1% de la population (comme par hasard, en majorité blacks et latinos).
 
La grande question est donc: que fait-on et que pouvons-nous faire encore pour réduire la criminalité, pour diminuer le nombre incroyable de victimes de meurtres et d’accidents qui sont aussi surprenants et effroyables que ceux des attentats?
 
Et les proportions ci-dessus, nous montrent que nous avons beaucoup plus de risques en prenant un taxi à Istanbul ou même Bruxelles, que de périr dans un attentat…
 
Pierre-Marcel Favre
Editeur

Les commentaires sont fermés.