22/04/2018 09:58 | Lien permanent | Commentaires (2)

Car nous le valons bien

Ver_1_of_gaillard1.jpgSillonnant les vallées, arpentant les campagnes, reliant les petites communes aux centres locaux, les bus jaunes représentent plus qu’un moyen de transport. Ils sont l’incarnation du service public qui se préoccupe d’assurer des prestations dans tout le pays plutôt que d’améliorer sa rentabilité.
 
Nous avons découvert collectivement une morne réalité: à l’instar d’autres entités conservées en mains publiques, mais devenues des sociétés anonymes, La Poste et sa filiale CarPostal opèrent comme des entreprises classiques. Elles cherchent à générer des profits, y compris dans le cadre des mandats de desserte –subventionnés – confiés par la collectivité.
 
Tout est fait, bien sûr, pour le dissimuler: le transporteur continue à se parer des oripeaux de l’intérêt général, à coups de croix suisses, de klaxon à trois tons et de références historiques. Il rappelle moins volontiers qu’il cherche à s’étendre, parfois par des méthodes plutôt offensives, sur de nouveaux marchés, jusque dans le midi de la France, où CarPostal assure par exemple les transports de Sète, d’Agde ou du département de l’Hérault…
 
À la lucidité sur ces pratiques, ajoutons la clairvoyance sur leurs causes. L’appétit de bénéfice, parfois jusqu’à en perdre la tête en pratiquant des astuces comptables illégales, et les velléités d’expansion ne sont pas des lubies d’une direction mégalomane, mais l’exécution d’un mandat politique. L’instruction donnée à La Poste de rechercher un «rendement conforme à la branche dans tous ses secteurs d’activité» – c’est-à-dire à se comporter exactement comme tout autre acteur économique – figure dans les objectifs fixés par le Conseil fédéral, conformément à la volonté de la majorité de droite du Parlement.
 
Bien sûr, il vaut mieux que cet argent profite aux caisses publiques (200 millions de dividende pour la Confédération l’an passé). Mais si c’était là l’unique objectif, il n’y aurait pas besoin de constituer une SA autonome pour l’atteindre.
 
Non, c’est bien d’une application aveugle du dogme libéral qu’il s’agit, selon lequel c’est la volonté de générer davantage de bénéfice, la fixation d’objectifs quantitatifs transmis hiérarchiquement du haut vers le bas qui serait le moteur le plus efficace d’une organisation. À l’inverse, on méprise l’engagement quotidien d’employés motivés par la conviction d’œuvrer dans l’intérêt général, par la fierté de perpétuer une tradition de qualité suisse, par l’amour du travail bien fait.
 
La liste des victimes de cette idéologie est longue. Les offices postaux, réduits à des centres de coûts à éliminer peu à peu, disparaissent sans qu’il soit possible de leur imaginer un autre avenir. La desserte des zones rurales et périphériques en connexions à haut débit, filaire ou cellulaire, est en retard, car elle n’est pas rentable pour les opérateurs privés à qui on a confié le soin d’équiper le pays. Dans les chemins de fer aussi, la Confédération veut instiller le poison de la concurrence au risque de déstabiliser l’un des meilleurs réseaux du monde…
 
Réveillons-nous! Mobilité, transport de marchandises, accès à Internet: nous avons besoin de services publics de qualité. Longtemps vecteurs de fierté, de cohésion, de solidarité, ils assurent la prospérité et la qualité de vie. C’est aussi sur leur base solide que se déploient le dynamisme entrepreneurial et la capacité d’innovation. Face à l’idéologie destructrice du profit à court terme, faisons valoir notre impérieux besoin de service public. Car nous le valons bien.

Benoît Gaillard, Président du Parti socialiste lausannois

Commentaires

merci monsieur pour votre tribune...je suis à l'origine des articles publié ces derniers temps dans les journaux, concernant les conditions de travail au seins de notre service public que nos têtes pensante abandonne à la cupidité d'une minorité...nous, chauffeurs postaux ne les laisserons pas faire...

Écrit par : carpostal | 22/04/2018

carpostalencolere@gmail.com

Écrit par : carpostal | 22/04/2018

Les commentaires sont fermés.