02/09/2018 12:25 | Lien permanent | Commentaires (5)

Élargir les routes pour les 4x4? Une toute belle «Schnapsidee»!

Ver_1_of_Dessemontet_Pierre.jpgL’association suisse des professionnels de la route (VSS) a choisi le cœur de l’été afin de tester une idée qu’elle avait déjà soumise l’an passé: élargir les routes en raison de la généralisation des gros 4x4. Un programme qui ravira certainement les… professionnels de la route, mais une mesure tellement surréaliste qu’on ne sait à vrai dire pas par où commencer. Essayons tout de même.
 
D’abord, c’est totalement inutile. Les grands axes et voies de communication importantes sont d’ores et déjà dimensionnés aux normes des 40 tonnes. Là où c’est effectivement nécessaire, on peut donc déjà croiser sans ralentir, même en SUV – sauf à admettre que là où les camionneurs parviennent à croiser sans problème, eh bien les conducteurs de 4x4 n’y parviennent pas, auquel cas nous avons un urgent problème de sécurité routière.
Ensuite, c’est trop tôt: si la largeur des voitures vendues en Suisse a progressé d’une dizaine de centimètres ces quinze dernières années, la tendance est récente, et elle est due à de forts effets conjoncturels: les hauts salaires couplés au franc fort et à des taux d’intérêt historiquement bas rendent les gros véhicules plus accessibles que chez nos voisins. Mais il n’est pas du tout certain que cela se poursuive dans le futur: entre électrification du parc de véhicules, développement de la mobilité autonome et auto-partage, il est très possible qu’on en revienne à des véhicules de dimensions plus modestes, en tout cas en milieu urbain.
 
De plus, c’est souvent impossible: en ville par exemple, les voies de communication sont généralement entièrement occupées. Dès lors, envisager d’élargir les voies de circulation ne peut se faire qu’au détriment des autres usages: trottoirs, pistes cyclables, places de parc, îlots, à moins de passer l’ensemble de la ville en sens unique – une bonne idée, ça: personne en face, on pourra dérouler encore plus vite!
 
Enfin, là où c’est physiquement possible, c’est extraordinairement coûteux: La Suisse compte un peu moins de 2000 km de routes nationales, mais aussi 18 000 km de routes cantonales, et 52 000 km en mains communales – sans même parler des rues et chemins de nos villes et villages. Élargir une route existante coûte en première analyse 250 000 francs au kilomètre – ramenés aux dimensions de notre réseau routier, pas loin de 20 milliards de francs. Sans compter qu’en montagne, entre ponts, tunnels, surplombs et terrassements, c’est bien plus cher, et qu’en plaine, là où se situe la vaste majorité de nos routes, il faudra d’abord acquérir le terrain. L’un dans l’autre, un programme qui se chiffre à plusieurs dizaines de milliards de francs. Qui va payer?
 
Les besoins de mise à niveau de nos infrastructures de transports sont connus, et colossaux: rien qu’au plan fédéral, il a fallu dix ans et deux votations pour trouver un moyen de les financer, à travers les fonds FAIF et FORTA, désormais en place. La dernière chose dont notre infrastructure a besoin, c’est d’une concurrence par la bande sur ces ressources par le biais d’une demande quand même assez insensée: détourner des dizaines de milliards de francs des fonds précités, ou d’autres sources, pour élargir les voies de circulation dans le seul but de permettre aux possesseurs de 4x4 de débarouler comme bon leur semble – et d’éviter ainsi à avoir à mettre leur conduite au niveau des monstres qu’ils ont acquis. On rappellera ici qu’une règle de base de la conduite est que c’est au conducteur de s’adapter aux conditions de la route, et pas le contraire.
 
Il est indispensable d’investir dans nos infrastructures, certes. Mais pas comme ça.

Pierre Dessemontet, Géographe, député, municipal, Yverdon-les-Bains

Commentaires

Je m’étonne qu’une personne aussi brillante et intelligente que Pierre Dessemontet - ce que je pensais - puisse entrer en matière sur un tel sujet. Est-ce un gag ? Si oui, cela ne méritait pas une demi-page !!! Si non, quelle déception ! ☹

Écrit par : monique | 02/09/2018

Chère Monique,

Je vous remercie de votre appréciation sur ma brillance et mon intelligence - concernant mon sens de l'humour, celles et ceux qui me connaissent vous le confirmeront: je suis d'un naturel parfaitement sinistre. Il ne me viendrait pas à l'idée de faire de l'humour, et encore moins dans le Matin Dimanche - le ciel m'en préserve!

Plus sérieusement: la rédaction dudit journal m'a demandé si je voulais bien prendre position sur ce sujet - et quand bien même je trouve la proposition loufoque, il m'a semblé qu'elle recelait quelques enjeux majeurs, notamment en termes de finances publiques. Je me suis dit que même si cela allait sans dire, cela allait encore mieux en le disant.

Bon dimanche,

Écrit par : Pierre Dessemontet | 02/09/2018

Les 4x4 sont déjà là ! Il faut élargir les routes pour la sécurité de tous les usagers...
Faites une fois la route Broc - Charmey, le nombre de voitures qui franchissent la ligne blanche dans des virages sans visibilité est invraisemblable. Routes trop étroites, peur du vide pour beaucoup.
Qu'est-ce qui est le plus important, le "Dieu frick" ou la Sécurité ?

Écrit par : PITTET DANIEL | 02/09/2018

Je me souviens avoir voulu louer un camping car pour des vacances en Corse. J’avais dans la tête un bus WW, un machin dans ce genre. Mais non, c’était en fait un truc bien plus mahousse et il m’est arrivé de transpirer quand je n’arrivais pas à croiser un poids-lourd et qu’il fallait reculer juste au bord du précipice. Alors, je trouve vraiment que si le Corses veulent encourager le tourisme, ils n’ont qu’à élargir leurs fichues routes. On est plus au temps des ânes et des charrettes, lesquels ânes pouvaient faire causette en se croisant.
Quant à nospropres véhicules, il va sans dire qu’on pourrait leur augmenter un peu leur tour de taille pour avoir ne serais-ce qu’une meilleure fenêtre pour les écrans HD.
D’ailleurs à Venise aussi, c’est vraiment coincé, vivement l’élargissement des rues et des ponts!

Écrit par : Roger Honegger | 02/09/2018

Il est difficilement concevable que les citoyens dans leur ensemble soient obligés de payer par leurs impôts les problèmes causés par une minorité de personnes qui friment avec une grosse bagnole. En effet, si des élargissements de routes sont envisagés, celles-ci devraient être payé par ceux qui ont des voitures trop larges et ceci par des taxes sur ces voitures. J'ai lu qu'il y a 150'000 gros 4x4 en Suisse. Si la facture de 20 milliard annoncé par Pierre Dessemontet est correcte, les frais causés à la communauté par chacune de ces voitures serait de Fr. 133'000.- . Taxons-les en fonction de ces chiffres! Ceci aura un effet dissuasif et benefique à l'environnement par ailleurs.

Écrit par : Lukas Kühn | 04/09/2018

Les commentaires sont fermés.